In Jeux de Rôle, L’Étau des Ténèbres, Omnivers de Loreval, Romans

La magie du Monde Éclairé

La sortie du tome 2 de l’Étau des Ténèbres, l’Insurrection des Ombres, est l’occasion pour moi d’entrer dans un peu plus de détail sur le fonctionnement du Monde Éclairé. Les mages sont à l’honneur dans cet ouvrage, y jouant un rôle prépondérant dans le déroulement des événements, et ceux qui me connaissent bien savent qu’il existe un système très détaillé de magie dans cet univers littéraire. Ce ne serait pas le premier article qui parle de magie dans mon Temple, mais c’est assurément le premier qui se propose de faire le lien entre mes différents propos, y compris ceux qui concernent le jeu de rôle Les Manuscrits de la Mémoire Morte.

L’Omnivers de Loreval

Le Monde Éclairé s’inscrit dans un univers plus vaste appelé l’Omnivers de Loreval (je ne m’étendrais pas sur cette notion étant donné que je me suis déjà fendu de plusieurs articles sur le sujet). En conséquence, ce qui a été défini pour cet Omnivers est valable pour l’ensemble des « mondes » qui s’y trouvent. Il convient juste de noter que ce qui est défini pour l’Omnivers est la totalité des mécanismes et pratiques magique de cet Omnivers, ce qui, en son sein, sera localement moins riche voire bien plus primitif ou simpliste. Qui peut le plus, peut le moins. L’Omnivers peut le « plus ». Chaque partie de l’Omnivers est un « moins ».

Si je me permets de dépasser des limites du Monde Éclairé pour parler d’un univers plus vaste, ce n’est pas spécialement pour briser le charme de l’inconnu, mais pour me rapprocher du jeu de rôle Les Manuscrits de la Mémoire Morte pour lequel le monde d’Alméra est aussi une fraction de l’Omnivers, donc soumis aux même règles. Et pourtant, les amateurs du jeu de rôle et ceux de mes romans ne pourront s’empêcher de noter quelques subtiles différences entre ces deux mondes concernant la magie. Offrons-nous un petit comparatif :

La magie dans Alméra est :

  • Omniprésente et largement connue
  • Variée car constituée de 3 types de magie distincts
  • Enseignée et/ou favorisée pour lutter contre les Morts
  • Structurée pour ce qui est du Pouvoir des Arcanes
  • Répandue et utilisée au quotidien pour ce qui est du Pouvoir de la Foi et du Pouvoir des Esprits

La magie dans le Monde Éclairé est :

  • Rare et honnie ou favorisée selon sa nature
  • Utilisée parfois au quotidien par les Théologistes
  • Utilisée occasionnellement par le seul et unique guérisseur connu
  • Utilisée occasionnellement par les mages qui eux-mêmes ne sont que peu ou pas connus.
  • Mal identifiée dans sa nature.

Même si le Monde Éclairé se pose, dans ce constat, comme un monde pauvre en magie, il doit être possible de trouver encore plus pauvre dans l’Omnivers où des régions sont totalement dénuées de la moindre manifestation ostensible de magie. Cela étant, ce n’est pas parce qu’elle n’est pas visible qu’elle est complètement absente, et l’Omnivers dans son ensemble baigne dans des concepts et des structures qui sont avant tout considérée comme magique, car échappant à notre sens conventionnel de la physique et de l’astrophysique.

Ce que je veux mettre en évidence est que, bien qu’elle soit à la fois rare et peu utilisée, la magie du Monde Éclairé n’échappe pas à sa nature vis-à-vis de ce qui est défini dans l’Omnivers de Loreval. Les mécanismes propre aux mages, aux Théologistes et au guérisseur de Dis et sa région ne sont finalement qu’une interprétation limitée des mécanismes valables dans tout l’Omnivers.

Farik At’Raven

Un nouveau personnage dont vous ferez la connaissance dans le chapitre 1 du tome 2 de l’Étau des Ténèbres va devenir, en quelque sorte, un référent de la magie pour le lecteur. Le discours qu’il tient à son visiteur, Dougan, laisse entendre des choses intéressantes sur la façon dont la magie des mages fonctionne. Des choses que Farik connaît sur le bout des ongles. Il ne sera que vaguement impressionné par la capacité d’Olidia Kévil à exécuter une téléportation de 4 personnes (cf. le tome 1) en dénigrant le fait qu’elle ne « maîtrise pas les sorts ».

Cette remarque à elle seule en dit long sur le statut de la magie et des mages dans le Monde Éclairé, Farik faisant clairement la distinction entre un mage manipulant les sorts et les autres. Les démonstrations de force des mages, omniprésentes dans cet opus, vont mettre en évidence que Farik est probablement l’un des plus doués parmi les siens, plus par la connaissance qu’il détient sur un art occulte et occulté par la Théologie que par la puissance brute qui, selon ses dires, est un palliatif à l’incompétence.

La magie et les mages des arcanes

Sans que le terme soit cité, la magie maîtrisée par Olidia, Farik ou Dougan est la magie des arcanes qui s’abreuve à la source du Pouvoir des Arcanes. Un descriptif complet de cette magie a déjà été proposé dans un autre article, aussi ne m’étendrai-je pas dessus. C’est la même magie employée par Lauric Sauzor, le mage tué par une main inconnue dans le tome 1. C’est aussi la même maîtrisée par Geosef, à un moindre niveau, pour détourner l’attention d’Adana. De nouveaux mages vont faire leur apparition dans le tome 2. Pas de quoi remplir un bus, mais ils commencent à être assez nombreux pour représenter une communauté non négligeable.

D’où sortent-ils ? Ils ont toujours existé, mais ils se cachent et ils ont raison. La menace que représentent les Accusateurs les a contraint à plus de discrétion encore. Cependant, ils s’organisent et se liguent. Ils savent que l’union fait la force. Sont-ils assez nombreux ou assez puissant pour changer les choses ? Cela vous le saurez bientôt.

Ce qu’ils partagent est apparemment un don, car il est effectif que les mages ne peuvent pas l’être sans une particularité physiologique ou surnaturelle qui les catégorise comme tel. Le fait que la mère d’Olidia, dans le tome 1, ait été jugée et exécutée en raison de sa nature tend à démontrer une certaine hérédité dans ce pouvoir. Quant à savoir exactement quand et pourquoi des dons sont accordés à certains Humains et pas d’autres, cela reste un mystère qui, soit dit en passant, n’a pas davantage été élucidé sur Alméra. Si toutefois quelqu’un s’intéresse à la question, Farik est probablement le plus proche de la réponse en raison de son expérience et de son vécu.

Des petits malins me feront tôt ou tard remarquer que pour des usagers du Pouvoir des Arcanes, les mages du Monde Éclairé ne semblent pas victime du phénomène appelé « marque du mage » qui est signalé dans les Manuscrits de la Mémoire Morte. En réalité, ils le sont, mais dans le cadre du récit, c’est un détail qui n’avait que peu d’importance, d’une part, et, d’autres parts, comme ces mages sont persécutés depuis des années, ils ont tous appris une chose essentielle : masquer leur marque, à tel point que ce mécanisme propre à la magie des arcanes ne sera pas abordé dans ce cycle.

Les Théologistes et le guérisseur

Parmi les Théologistes, je parlerai également des Accusateurs, qui sont tous porteur de l’Empreinte Solaire. Cette dernière, décrite comme la source du pouvoir d’un Théologiste, apposée par le Grand Théologiste lors d’une cérémonie d’intronisation, est effectivement capable d’accorder des capacités surnaturelle à son porteur. Le tome 2 donnera quelques informations complémentaires sur cette relation entre l’Empreinte Solaire, le Dieu Solaire et le Grand Théologiste. En définitive, quelle est la source du pouvoir des Théologistes ? Cette question n’est pas résolue par l’Empreinte Solaire qui n’est pas, en soi, une capacité magique, mais le lien, le tuyau mystique par lequel les Théologistes tirent une énergie dont la source serait le Dieu Solaire et qu’ils façonnent de façon assez grossière.

Selon le Primat du Dieu Solaire, les pouvoirs des Théologistes sont accordés par le Dieu Solaire, ce qui procure à ces capacités une aura divine. L’activation ou la non-activation de l’Empreinte est dépendante de deux conditions, l’une concerne l’intégrité du symbole lui-même qui, s’il est altéré, empêche le porteur de tirer parti de ce pouvoir comme cela est apparu dans le tome 1 avec la blessure d’Adana lors de son enlèvement. La seconde concerne apparemment la fidélité au Dieu Solaire et à son premier représentant, Duval, puisque les Empreintes sont inertes pour les anciens Théologistes comme Jen Huar et Adana à la fin du tome 1.

Pourtant les descriptions de l’usage des Empreintes Solaires sont sans équivoque. Les Théologistes ne font aucunement appel à la foi pour user de leurs talents. Ils savent d’emblée qu’ils en disposent et s’en servent. Pour eux, l’Empreinte Solaire est un robinet. Quand ils l’ouvrent et qu’ils canalisent correctement ce qui en sort, ils génèrent leurs effets magiques. Ce qui sépare les mages des Théologistes est, semble-t-il assez ténu si l’on admet que les mages ont naturellement accès à la source de leur puissance, contrairement aux Théologistes qui y ont artificiellement accès. Si d’aventure, cette source était la même, rien ne séparerait vraiment la magie des mages de la magie des Théologistes et la croisade de ces derniers contre les premiers ne serait qu’un bête conflit d’intérêt autour d’une ressource.

A contrario, le seul et unique guérisseur Atark, Ssoran Issil, ne semble pas faire appel aux même ressources. Les manifestations de son pouvoir sont pourtant très similaires aux Empreintes Solaires puisqu’une aura de lumière l’entoure quand il en use. Le tome 2 va montrer que ses talents ne s’arrêtent pas là et que, d’une manière bien plus subtile, il influence grandement ce qui l’entoure. Sa manière de faire sera d’autant plus mise en évidence par ses discours et bien que ce personnage soit bien plus introverti que les autres, sa sincérité apparente tend à démontrer que la foi et elle-seule est à l’origine des capacités qu’il affiche.

L’on serait tenté de qualifier sa magie de Pouvoir de la Foi, ce qui se tient au regard de la définition de celle-ci. Là encore, une étude ayant déjà été publié sur ce site à ce sujet, je ne développerai pas à nouveau mes idées ici. Là où on peut finalement s’intéresser aux capacité de Ssoran est davantage sur la rareté de celles-ci. Sur des milliers d’Atarks et d’Humains, il serait le seul à y avoir accès, en dehors, peut-être, du Premier Prophète, le mystérieux guide des Atarks évoqué dans le tome 1.

Conlusion

Y a-t-il d’autre formes de pouvoir magique dans l’Étau des Ténèbres ? Le tome 2 vous en montrera au moins deux autres qui resteront toutefois au second plan, voire demeureront suffisamment discrètes pour que vous ne vous en rendiez pas compte. Dans ce qui a été décrit ci-avant, il semble bien que seuls le Pouvoir des Arcanes et le Pouvoir de la Foi soient représentés. Débattre de la force de l’un ou de l’autre serait probablement futile même s’il y a fort à parier que l’un comme l’autre de ces pouvoirs vous apparaisse comme particulièrement impressionnant.

, , , , , , , , ,

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :